Recherche Fleet Profile TrendWatchers’ Club auprès de 1.200 flottes belges

Infographic Fleet profile onderzoek 2015Retour de l’essence, décollage des hybrides !

La deuxième enquête du recherche Fleet Profile TrendWatchers’s Club a permis d’interroger 600 gestionnaires de flottes et autant de bénéficiaires de voiture de société. RAM Mobile Data a été l’un des sponsors de cette recherche. Avec près de 2000 interviews menées en deux vagues, le TrendWatchers’ Club a sondé les flottes belges en profondeur en 2015. La fiscalité préoccupe davantage que la mobilité ou la voiture connectée. Et le recul du diesel devrait s’accélérer sensiblement. Mais les points de vue des conducteurs et des gestionnaires restent très divergents !

D’abord la situation actuelle. Dans 80% des cas, la voiture mise à la disposition de l’employé peut être utilisée non seulement pour le déplacement vers le travail, mais aussi dans le cadre d’un usage privé, week-end inclus. Et la carte carburant, qui accompagne presque toujours le véhicule, peut généralement être utilisée de manière illimitée en Belgique, voire à l’étranger pour près d’un tiers des bénéficiaires. Quant au choix du véhicule, il est totalement libre pour 32 % des utilisateurs, soit avec une limite de prix d’achat, soit – le plus souvent – dans le cadre d’un contrat de leasing. Les rejets de C02 sont certes devenus un critère important, mais ils ne sont contraignants que dans 30 % des cas. Au-delà de 145 gr/km, le choix devient difficile à justifier…

Les grandes flottes en croissance

La situation économique générale et les récents événements qui ont touché le secteur automobile auront-ils une influence sur les voitures de société ? Pas vraiment en termes de volume, mais sans doute en ce qui concerne le type de motorisation. Entre le mois d’avril et le mois d’octobre, le moral des gestionnaires de flotte n’a pas été sensiblement atteint. Les prévisions montrent au contraire que près de 18 % d’entreprises pensent désormais agrandir leur flotte, alors qu’elles n’étaient que 13 % dans le cas précédemment. Les petites entités sont encore assez prudentes, alors que 31 % des grandes flottes devraient augmenter dans les 6 prochains mois. Une seule condition à cela : que de nouvelles mesures fiscales ne viennent pas impacter le secteur. Les Bruxellois sont les plus inquiets à ce sujet… Par ailleurs, l’avantage de la voiture de société s’inscrit de plus en plus dans le cadre d’un budget de mobilité, qui peut aussi inclure un abonnement à des transports en commun, ou encore un vélo (parfois électrique).

Hybride plutôt qu’essence

Si le marché des particuliers a déjà basculé vers l’essence, il n’en va pas de même pour le marché « fleet » où 86 % des véhicules sont encore aujourd’hui à moteur diesel. Mais les choses devraient évoluer assez rapidement. L’avis des gestionnaires de flotte et celui des utilisateurs est toutefois très divergent sur ce point ! Dès 2016, la moitié des conducteurs pensent abandonner le diesel et souhaitent se tourner soit vers l’hybride (22 % quand même), soit l’essence ou l’électrique. Décalage complet avec les fleet managers qui voient encore le diesel maintenir une part de marché proche de 90 %. Ce n’est qu’à l’horizon 2020 que les deux tendances se rejoignent progressivement, moment où plus d’un quart des gestionnaires seraient prêts à privilégier les motorisations hybrides, voire électriques. Mais ils ne croient nullement à une percée des moteurs à essence.

50 % de breaks et SUV en 2020

Cette vision des choses peut partiellement s’expliquer par le type de véhicule généralement présents dans les flottes, orientées vers les grandes berlines, alors que les petits moteurs à essence font surtout des merveilles dans les petites citadines. A ce sujet, les grandes familiales, surtout en version break, devraient rester majoritaires, avec la poursuite de la percée des SUV. Voici un point où le marché des flottes rejoint celui des particuliers…

La fiscalité toujours préoccupante

La première étude du TWC faisait apparaître, en avril 2015, que la mobilité devenait progressivement une véritable préoccupation. Près de 70% des fleet managers interrogés estimaient qu’une véritable politique de la mobilité serait mise en place dans leur entreprise dans les prochaines années. Cette tendance était logiquement plus sensible dans les grandes flottes, et particulièrement évidente dans les sociétés proches des grands centres urbains. Toutefois, ce sujet n’arrive qu’en 3ème position lorsque les fleet managers doivent identifier leurs principaux challenges. La fiscalité reste plus que jamais le facteur le plus important à leurs yeux, les bruits récurrents concernant une taxation plus contraignante n’étant pas faits pour les rassurer totalement. Par ailleurs, depuis le mois d’octobre, ces mêmes managers s’interrogent de manière beaucoup plus proactive sur le choix des motorisations. Il se confirme que l’essence, mais plus encore les hybrides, devraient connaître un succès grandissant à court terme.

Expected fleet orders next 6 months 2015

Les flottes, et particulièrement les grandes flottes de plus de 100 véhicules, prévoient le plus souvent des commandes stables ou en hausse dans les prochains mois.

Fleet fuel types users

La moitié des bénéficiaires de voiture de société pensent délaisser le diesel dans le futur pour se tourner principalement vers l’essence et les véhicules hybrides. Les électriques convaincraient 5 % de ce public.

Fleet car types

Les bénéficiaires de voitures de société garderont une préférence pour les breaks, mais s’orienteront aussi davantage vers les SUV.

Most important challenges for fleet managers